Ludwig Berger invité à Marseille pour le Tintamarre #8

Pour son prochain Tintamarre, la Cité de la Musique de Marseille accueille l’auteur-compositeur allemand Ludwig Berger pour un concert-conférence, en partenariat avec le Goethe-Institut de Marseille et les étudiantes du master franco-allemand de Médiation Culturelle de l’Art à l’AMU (Aix Marseille Université).

Ce sont elles qui prennent aujourd’hui la parole sur le blog pour présenter l’événement … et c’est notre premier billet de blog bilingue ! Fantastisch !

Ludwig Berger

Ludwig Berger vient de Weimar, est électro-acousticien et explore dans ses compositions sonores les relations entre le temps et l’espace, le territoire et sa cartographie ainsi que les liens qui unissent l’enregistrement et la mémoire.

Il a étudié à l’université la musique, l’histoire de l’art et la littérature, avant de s’intéresser à la composition électroacoustique dans les pas de Robin Minard à l’École de Musique Liszt de Weimar.

En plus de ses travaux, il enseigne aujourd’hui à l’Institut d’architecture paysagère de l’ETH Zurich. À ses étudiants, il transmet ses connaissances et leur permet d’explorer les techniques de mapping visuel et les stratégies psycho-géographiques pour concevoir des espaces. Le but de ces disciplines ? Faire entrer en résonance le pouvoir évocateur des espaces et leurs capacités à faire voyager le son.

Chaque année, il propose des workshops/ateliers à des musiciens du monde entier pour leur faire découvrir les thèmes qui le préoccupent et leur transmettre sa vision du monde par la sensation.

Ses projets récents :

Sur le thème Présence / Absence : You Will Have Been Here  (2015)

Sur le thème Obscurité / Lueurs : Mapping Of Hypothetical Islands On The Scale 1 :1 (2014)
Fabrication d’un son à partir d’un fichier d’image : le son ainsi obtenu figure alors non plus un paysage mais les nuances des pixels : les variations de luminosité, les anfractuosités, permettant ainsi d’aboutir à une carte sonore de ce paysage.

Sur le thème Cartographie / Territoire : Cuyo (2013)
Cuyo est une région de l’Ouest de l’Argentine. Située au pied des Andes, elle est un territoire contrasté : dominée par les steppes, le désert et les hautes montagnes, elle est également une vallée fertile grâce à la présence de l’eau. La composition s’articule ainsi entre aridité et nature hospitalière par le biais d’enregistrement de sons effectué sur place.
Cette pièce a été récompensée lors de la 14° Compétition de Composition Électroacoustique Musica Viva.

Sur le thème : Ville / Scène : Nur Hunde laufen als wüssten sie wohin («Seuls les chiens courent comme s’ils savaient où ils allaient») – 2016
Réalisé au Staatstheater Braunschweig, mis en scène par Charlotte Orti von Havranek.
Cette pièce de 60 minutes prend la forme d’une balade urbaine parmi les lieux abandonnés de la ville de Braunschweig (Allemagne) pour capter leur atmosphère particulière : la ville, déserte, se révèle alors comme un non-lieu dans laquelle une voix incluse au montage, se libérant ainsi de son individualité,  lit un texte.

Extrait : Nur Hunde, Excerpt 2: Kirche

Tous ces extraits, et d’autres encore, sont à retrouver sur le site de Ludwig Berger http://ludwigberger.com/, et sur son Soundcloud https://soundcloud.com/ludwigberger

 

Workshop / Atelier

En plus de partager son travail sur la scène des Tintamarres#8 le lundi, Ludwig Berger proposera également un atelier de deux jours les samedi et dimanche précédents (20 et 21 mai), en partenariat avec lAtelier-studio Euphonia.
Les participants seront invités à expérimenter l’interaction entre le corps, appréhendé en termes de besoins, attentes et sensations et l’espace construit d’une ville, ici Marseille. Cette session est destinée aussi bien à des étudiants d’architecture afin qu’ils se familiarisent avec la dimension sonore des espaces et les modifications qu’il est possible de leur apporter, qu’à des compositeurs d’électro-acoustique qui découvriront comment le son participe aux espaces architecturaux et comment celui-ci apporte des réponses aux problèmes quotidiens.

Les détails du workshop sont disponibles sur le site du Studio Euphonia : http://euphonia-atelierstudio.com/les-etudes-sonores-workshop-avec-ludwig-berger/

Historique du projet : Pourquoi ce partenariat ?

En tant qu’étudiantes de médiation culturelle en cursus franco-allemand, nous suivons un cours franco-allemand avec Tsveta Dobreva, du Goethe-Institut de Marseille. Durant l’année, elle nous a fait partager son travail de responsable de la programmation culturelle et les spécificités de la collaboration franco-allemande. Elle nous a proposé, en guise de projet final, de réaliser notre propre événement en invitant l’artiste de notre choix à Marseille.

L’une d’entre nous connaissait le travail de Ludwig Berger. Elle nous a présenté ses compositions qui nous ont toutes plu. De plus, l’existence d’une classe d’électro-acoustique à Marseille et des Tintamarres à la Cité de la Musique rendait cette rencontre signifiante à divers endroits.

Focus : le Goethe-Institut

Le Goethe-Institut est un important organisme allemand de promotion et diffusion de la culture allemande. Présent dans 98 pays et 8 villes en France, il assure la transmission de la langue allemande et encourage la coopération culturelle, en organisent des événements qui mettent en lumière la production culturelle contemporaine.


Installé à la Friche La Belle de Mai, le Goethe-Institut de Marseille a une programmation éclectique et propose notamment des séances de cinéma en partenariat avec le Vidéodrome 2, des rencontres avec des artistes et des expositions.

Et toutes les infos sur son actualité sont ici : https://www.facebook.com/GoetheInstitut.Marseille/

Qu’est-ce que la médiation culturelle de l’art ?

C’est là que les choses se gâtent… « Médiation culturelle » : le terme est sympathique (puisqu’il est question que culture et que tout de suite, ça sonne bien) mais personne n’a encore trop compris de quoi il s’agit… En quelques mots, il s’agit aujourd’hui de réfléchir aux moyens de mettre en relation un public et une œuvre d’art. Chaque structure l’adapte donc à ses activités artistiques et à ses besoins, ce qui engendre des pratiques et des postures très diverses.

Enseignée à l’Université d’Aix-Marseille, elle comporte différentes disciplines : esthétique, sociologie, politique culturelle ainsi que des enseignements artistiques, afin de nous permettre de concevoir des outils et dispositifs pertinents, que cela soit du point de vue des publics, des artistes et des acteurs politiques.

Pourquoi un cursus franco-allemand ?

La particularité de notre parcours est d’être un cursus intégré franco-allemand. Ainsi, au cours de nos deux années de master, nous passons une année dans une université en France, à Marseille sur le campus de Saint-Charles, et une année dans une université d’Allemagne, celle d’Hildesheim, près d’Hannovre. Nous recevons ensuite les deux diplômes : l’un français, l’autre allemand.
En Allemand, la médiation culturelle s’appelle Kulturvermittlung mais ces deux termes ne sont pas de parfaits équivalents, et leur application n’a pas tout à fait les mêmes implications. Cela nous permet donc d’adopter deux points de vue et de pouvoir envisager une carrière dans la coopération culturelle franco-allemande voire européenne.

Voilà…. Wunderschön !!! Les lapins de Tintamarre sont ravis d’avoir laissé les clés du blog aux étudiantes ! 

Un grand bravo et un grand merci à Claire, Steffi, Katrin, Emma  + une spéciale dédicace à Laura. On vous souhaite de belles aventures franco-allemandes, européennes et extra-européennes. Merci enfin à Tsveta Dobreva, et Eileen du Goethe-Institut de Marseille

Laisser un commentaire