Épisode 3 : Thelarmonium, Sphärophon et autres instruments électroniques

Premiers instruments électroniques:

Nés à la fin du dix-neuvième siècle, ils permettent de produire de nouveaux sons, mais conservent une relation plus ou moins étroite avec le jeu instrumental, le temps réel et les instrumentistes.

Le Telharmonium

Premier instrument électrique,   fabriqué par Thaddeus Cahill, il s’appelle d’abord le dynamophone. En effet, il est fabriqué à l’aide de dynamos reliées à des haut-parleurs . Il comporte 12 générateurs.  Rendu public en 1900 à Washington,  il est  perfectionné et prend son nom en 1906 lors de son installation au Telharmonic hall de New-YorkTelharmonium console by Thaddeus CahillCahill voulait que la musique du  telharmonium soit diffusée dans les hôtels, restaurants, cinémas et dans les maisons par le biais des lignes téléphoniques. Mastodonte « physique et musical », le  Telharmonium dans sa première version,  était capable de couvrir 7 octaves et pesait sept tonnes. La deuxième mouture  mesurait une vingtaine de mètres de long et pesait 200 tonnes!!  L’instrument était joué à quatre mains et possédait un clavier de 36 notes par octave.

Trop imposant, générant des interférences sur le reste du réseau téléphonique, le telharmonium, malgré le succès connu dans les premiers temps, ne survécut pas à la première guerre mondiale. Néanmoins, Feruccio Busoni a écrit une oeuvre pour le telharmonium : Sketch of a new aesthetic of music.

Le Theremin :

Il est inventé en 1920 par Lev Termen,  (Léon Theremin),  violoncelliste et opérateur radio dans l’armée rouge. Il comporte deux oscillateurs à haute fréquence. En déplaçant la main par rapport à une antenne, on crée des interférences de vibrations à haute fréquence pendant que l’autre main agit sur l’amplitude du son.

Le theremin a eu de nombreux virtuoses. L’une des premières et des plus connues  fut Clara Rockmore :

Fantômes, extra terrestres, OVNI, ambiances insolites ou inquiétantes :  des années 30 aux années 60, le cinéma en général, et les séries Z en particulier ont aimé le Theremin.

On le retrouve aussi dans les musiques de film de Bernard Herrmann:

Surprise, on croise  le Theremin chez les rockeurs !

Pour preuve, quelques secondes d’intro de  Good Vibration , par les Beach Boys 

Enfin, si vous voulez tout savoir sur le Theremin, ou même en jouer, c’est là qu’il faut aller.

Le sphärophone

Le Sphärophone a été  créé par Jorg Mäger, considéré comme le père de la musique électronique allemande . Il produisait des sons jusqu’au 1/8ème de ton.  Jorg Mäger a inventé aussi le Partiturophon et le  Kaleidophon. Ces instruments ont été  présentés en 1926 au Festival de Doanaueschingen.

Jorg Mäger et son sphärophone

Le Trautonium

Trautwein le crée en 1928. Il est actionné non pas par un clavier,  mais grâce à une corde, que l’on presse sur un rail métallique souple permettant ainsi des effets de vibrato et de glissé sur trois octaves. Plus tard, le musicien et physicien  Oskar  Sala le perfectionne et crée le  Mixturtrautonium, qui a servi notamment à créer les sons d’oiseaux du film éponyme d’Hitchcock.

Trautwein avait reçu le soutien de Paul Hindemith, qui  composa pour lui plusieurs pièces , comme d’ailleurs Hans Eisler et Carl Orff.

Ici, Oskar Sala interprète la première des sept pièces pour trio de Trautonium, de Paul Hindemith

C’est fini ?
Eh non… Mais on ne vous parlera pas :

Pour les curieux et les passionnés de lutherie expérimentale,  courez chez les chercheurs de sons !!

La prochaine fois  on s’éloigne un peu, mais très momentanément  de l’électroacoustique car il sera question d’ Harry Partch et de machines musicales. Pour patienter, on vous laisse avec Yvonne Loriod et non pas une…mais six ondistes!!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.